L’équipe « coopérative du troisième type »

PIERRE-ANDRÉ JARILLOT – AUTEUR, CO-RÉALISATEUR ET ANTROPOLOGUE

Pierre-André jarillot

Pierre-André jarillot

Pierre-André a grandi sur les rives d’un lac lové au creux des reliefs savoyards. Le cadre est charmant mais l’existence bien morne. Il devra cependant attendre l’université pour s’en extirper. Il commence ses études en Sociologie à la faculté de Chambéry. Il les poursuit en Ethnologie à Lyon 2 jusqu’à sa maîtrise et les achèvera cette année par un doctorat d’Anthropologie critique du développement et des échanges à Paris 8.

Son parcours est avant tout animé par la volonté de découvrir le monde à la rencontre de ses communautés humaines et de leur manière d’organiser le vivre-ensemble. Dans cette quête si l’anthropologie sert depuis toujours de support théorique, c’est bien le journalisme qui assura pendant longtemps la dimension pratique. Il ne viendra que plus tard au documentaire, à moins que cela ne soit l’inverse. Sa volonté d’appréhender le monde est marquée au fer noir de ses convictions politiques. C’est en Amérique latine que l’audiovisuel prendra le pas sur le papier et la photo, puis le documentaire sur le reportage.

Témoins de cette évolution, toute une série de travaux cinématographiques. Depuis Caracas et «Sin Techo ni temor» avec le Comité, une organisation emblématique du pouvoir populaire, au Diluvio palmar et «El Labirento» ou l’utopie de cité socialiste de Chavez, en passant par  «Chuao y su chocolataria», une baie enchanteresse où pousse le meilleur cacao du monde, «Los pecados del Orinoco» et sa communauté de pêcheurs confrontée à l’impétuosité de l’Orénoque et celle de la délinquance fluviale, ou encore «Maracaibo, entra Luz y Paz», portraits de deux artistes marginaux et décalés, jusqu’à «Gaita por una ultima Velada» et ses installations d’art contemporain dans les maisons colorées du quartier populaire de Santa Lucia, dernier vestige du Maracaibo colonial.

Autant de réalisations à considérer comme ses premières armes. L’étape décisive se joue en Bolivie. Plus qu’un film sur une coopérative, «El tercer nivel» est une coopération cinématographique.

YANILÙ  OJEDA – AUTEURE, CO-RÉALISATRICE ET CADREUSE

yanilù Ojeda

yanilù Ojeda

Née à Maracaibo – Venezuela. Licenciée en communication sociale de l’université de Zulia. Depuis ses débuts dans l’audiovisuel, elle s’est tout particulièrement consacrée à la réalisation documentaire ainsi qu’à la direction de la photo et au cadre. Une vocation qui lui a valu une reconnaissance  sur le continent américain, notamment en festivals à travers un certain nombre de prix et mentions. Elle s’est aussi beaucoup investie dans le domaine de l’enseignement en animant des ateliers de formation au sein d’écoles de cinéma, mais aussi avec de nombreuses communautés, en particulier indigènes, au Venezuela comme à l’étranger.

Parmi sa filmographie, on peut citer : Mea Culpa (2000), Hijos de la Tierra (2002),  Yo soy Luis Terán (2003), Los Lienzos del Pueblo (2004), Al otro lado del río (2005), El Hospital (2005), El terminal de Pasajeros de Maracaibo (2006), El Noticiero Indígena, une série de 32 reportages pour la télévision vénézuélienne (2004-2006), Alirio Díaz Corazón de Guitarra (2008), Shawantama’ana, Lugar de espera (2012).

SÉBASTIEN DESCOIN – AUTEUR ET INGÉNIEUR DU SON

Sébastien Descoin - ingénieur du son et co-auteur

Sébastien Descoin – ingénieur du son et co-auteur

Depuis 1999, Il monte des films pour le cinéma et la télévision (Arte, France Télévision, CinéCinéma, Histoire…), que ce soient des documentaires de création ou des fictions (courts, moyens et longs métrages). Un certain nombre de ces films ont été primés en festivals (Clermont-Ferrand, Pantin, FID Marseille, Les écrans documentaires d’Arcueil…).

En 2003, il participe à l’aventure de la Coordination des intermittents et précaires pour défendre les droits sociaux. Ce sera aussi l’occasion de créer un collectif de cinéma politique : le groupe Boris Barnet.

Depuis 2007, il intervient également en formation professionnelle cinéma à l’École Nationale Supérieure Louis Lumière, ainsi que sur des films d’atelier en milieu associatif, auprès de jeunes hors parcours scolaires, d’associations de femmes ou de travailleurs handicapés (La pellicule ensorcelée dans les Ardennes, La compagnie de l’oiseau-mouche à Roubaix).

Pour sortir de la salle de montage, il accompagne aussi des amis sur leurs tournages, en tant qu’assistant-réalisateur ou ingénieur du son.

Et depuis 2009, il co-réalise avec Hervé Carriou un documentaire en super 8 à Shanghai, une sorte de portrait de la ville vue par les exilés blancs qui y passent en quête d’eldorado, à l’heure où les rapports entre orientaux et occidentaux se transforment sur fond d’incertitude.

Toujours à mi chemin entre les savoir-faire du documentaire et de la fiction, il travaille sur le projet du Tercel nivel en Bolivie. Et sur un scénario de long métrage à Shanghai.

NADIA BERG – CHARGÉE DE COMMUNICATION, PHOTOGRAPHE ET RESPONSABLE DE LA STRATÉGIE WEB

Nadia Berg

Nadia Berg (les avatars sont en cours de réalisation, patience…)

Elle est photographe et journaliste plurimédia membre du collectif the Womps.
Elle porte son dévolu sur des sujet de société, l’humain au centre de ces préoccupations.
Elle travaille en presse, pour des ONG, des associations ou l’audiovisuel.
Journaliste, éditorialiste et réalisatrice d’objet multmédia, son travail s’inscrit dans l’évolution transmédia et crossmedia des supports de diffusion d’information.
Pendant deux ans, elle a partagé le quotidien des habitants de la Duchère (barre des 1000, quartiers sensibles, émeutes etc.…).
Ce travail, retenu pour VISA pour l’image à Perpignan à fait l’objet de plusieurs publications, expositions et diffusion tant en print qu’en salle de cinéma et sur la toile avec le web documentaire – DUCHORAMAS.
Elle réalise et monte le protocole interactif du web-docuemntaire sur le dépistage du cancer du sein pour Octobre Rose.
Elle intervient comme formatrice sur le transmédia et le web-documentaire, en université et au CFJ.

Collaborations :
Nouvel Obs, Lyon Capital, l’Expresse, le GARR, Caminante, Semrock, le Moulin Rouge, CAPA tv, France TV, etc…

Vous pouvez retrouver son travail :
http://www.thewomps.com
http://www.duchoramas.com
http://www.leprogres.fr/multimedia/webdocumentaire-duchoramas

Mes portfolios sont consultables et téléchargeables ici:
http://issuu.com/nadiaberg
http://fr.scribd.com/nadiaberg

Mon travail de vieille sur les médias et les nouveaux usages
http://storify.com/bergnadia#stories
http://www.pearltrees.com/bergnadia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s